Dans une période où les extrémismes de tous bords s’expriment de façon de plus en plus décomplexée, la question fondamentale du type de société et des valeurs auxquelles les institutions éducatives et leurs partenaires sont invités à participer se pose avec acuité.

En 1997, ont été définis dans le décret Missions les quatre grands objectifs que doivent poursuivre l’enseignement fondamental et l’enseignement secondaire organisés ou subventionnés par la Fédération Wallonie-Bruxelles. Parmi ceux-ci, on retrouve l’objectif de préparer tous les élèves à être des citoyens responsables, capables de contribuer au développement d’une société démocratique, solidaire, pluraliste et ouverte aux autres cultures.

Si cet objectif doit être assuré par l’École et concerne ici les élèves de l’enseignement obligatoire, nous l’étendons à tous les lieux d’éducation et de formation : enseignement fondamental, secondaire, supérieur, universitaire, de promotion sociale formation professionnelle, formation continue. Nous synthétisons cet objectif par les termes « faire société ».

La notion de « faire société » et la question du rôle de l’éducation dans cette construction commune soulève à son tour d’autres interrogations qui suscitent le débat et que nous entendons ici laisser ouvertes. S’agit-il d’apaiser les tensions au sein de la société, quitte à accepter pour ce faire la séparation de groupes différents ? S’agit-il d’assurer un « vivre ensemble », concept qui sous-entend la possibilité d’une vie pacifique côte à côte ? S’agit-il d’aller au-delà de ce vivre ensemble pour construire un projet commun ?

Aborder ces questions se situant en amont des orientations de l’éducation et de la formation implique, entre autres, de réfléchir à des problématiques touchant aux positionnements épistémologiques et axiologiques dans différents processus touchant à l’enseignement et l’apprentissage, au sein et/ou au-delà du cadre scolaire.

Pour cette journée d’étude d’ABC-Educ, nous invitons l’ensemble des acteurs et partenaires de l’éducation, qu’ils soient formateurs, enseignants, psychologues scolaires, membres de d’associations en lien avec l’école, directeurs, parents, élèves, étudiants, politiques ou chercheurs, à réfléchir à cette question : pourquoi, comment et dans quelle(s) mesure(s) les institutions et acteurs de l’enseignement et/ou de la formation contribuent-ils ou non à faire société ? Et en quoi pourraient-ils mieux contribuer à faire société ?

Ces réflexions seront alimentées par des communications scientifiques et par des posters de praticiens-chercheurs. Les premières présenteront des résultats de recherche et leurs fondements théoriques et méthodologiques ainsi que d’éventuelles recommandations et perspectives. Quant aux posters, ils présenteront de manière réflexive des dispositifs micro ou macro susceptibles de contribuer à « faire société ».

Nous sommes convaincus que la recherche en éducation a un rôle de premier plan à jouer dans le traitement de ces thématiques. ABC-Educ est la plateforme privilégiée permettant de mettre en relation les différents acteurs de l’éducation autour de ces questions vives. Pour cette journée, nous attendons principalement des contributions sous la forme de présentations orales de résultats de recherches empiriques apportant des éléments de réflexion à l’un ou l’autre de ces axes. Ces recherches peuvent avoir un caractère fondamental ou appliqué. Cependant, à côté de cette dimension « recherche » importante, et parce que le domaine de l’éducation est fortement orienté vers l’action, un autre format est également mis à l’honneur : la présentation, sous forme de posters, de dispositifs/outils pédagogiques mis en place, s’accompagnant d’un questionnement réflexif autour d’un des axes proposés.

Cette journée s’est déroulée le 21 février 2017 à l’UCL Mons (Chaussée de Binche, 151 7000 Mons).